Mes premières semaines en images (Photos et vidéos)

Être à la fois directeur, gérant et professeur d’une école primaire occupe la totalité de mon temps. Je tiens à m’excuser du peu de nouvelles que je vous donne en ce moment. J’ai espoir que je prendrai le dessus dans les prochaines semaines. D’ici là, je vous invite à visionner mes premières semaines en images.

Ne manquez pas l’histoire des paniers pour nouveau-nés au bas de cet article.

Butterfly Space | Nkhata Bay | Malawi

Stepping Stones School | Nkhata Bay | Malawi

L’histoire des paniers pour nouveau-nés

Butterfly, l’endroit où j’habite, a mis en place plusieurs programmes d’aide à la communauté locale depuis les dix dernières années. L’un d’entre eux est la distribution de paniers pour nouveau-nés aux nouvelles mères à l’hôpital du village. Ce qu’il y a encore de plus honorable dans ce geste, c’est que les paniers sont fabriqués par un groupe de femmes qui ont précédemment participé(e)s à un autre programme de Butterfly : le regroupement des femmes atteintes du VIH et du sida.

Dans cet autre programme, les femmes suivent une formation de dix semaines sur la maladie, l’hygiène et sur l’alimentation adéquate. À la fin de ces dix semaines, Butterfly leur remet une somme d’argent pour qu’elles puissent démarrer leur propre entreprise. L’un de ces groupes a décidé de fabriquer des paniers pour ensuite les vendre dans le village. Butterfly leur achète aussi près de 25 paniers par mois pour les redonner aux nouvelles mères lors de la journée de dons des paniers de nouveau-nés.

Un exemple parfait de soutien éthique et durable de l’aide à la communauté (voir mes articles sur le bénévolat éthique : règle #1, règle #2, règle #3, règle #4 et règle #5!


Mon nouveau chez moi (vidéo)

Je suis maintenant bien installé dans mon nouveau chez-moi chez Butterfly Space à Nkhata Bay au Malawi. Je vous en fait faire une visite rapide.


Sommaire de ma Tanzanie (Photos et vidéos)

La Tanzanie se résume littéralement comme une aventure dans mon aventure. Un pays rempli d’oppositions pour moi : audace-peur, joie-tristesse, volupté-douleur, réflexion-étourderie, calme-irritant. J’ai relevé le défi de parcourir le pays en moto, mais j’ai surtout accompli le rêve le plus important de mon voyage : visiter le camp de réfugié(e)s de Nyarugusu.

Achat d’une moto à Mbeya

Dès le premier matin, j’ai eu la chance de tomber sur Wilson qui a un petit commerce de nourriture tout près de mon hôtel. Il a accepté généreusement de m’aider à acheter une moto. Pendant les quatre jours passés ensemble, il m’a trouvé des choix de modèles usagés, après plusieurs tentatives infructueuses m’a amené chez un vendeur de véhicules neufs, a soudoyé le ministère du Revenu de me fournir un numéro TIN, m’a permis d’avoir les papiers du véhicule à mon nom et m’a guidé partout en ville pour mes divers achats. Nous y avons littéralement passé toutes nos journées. Le dimanche, il m’a amené voir sa femme qui venait d’accoucher à l’hôpital, m’a fait visiter sa maison, m’a présenté à sa famille et nous sommes allés à la messe ensemble. Nous avons eu de magnifiques discussions et nous avons développé une véritable amitié authentique. Il a été mon ange gardien de la Tanzanie et je lui ai inspiré le nom de son premier né : Francis!

J’en ai également profité pour visiter la plantation de café d’Utengule. J’ai aussi passé une longue journée à parcourir la brousse de Chimala à analyser la roche avec un groupe d’étudiants en géologie.

Chez les moines à Sumbawanga

Après deux jours de route, j’ai rencontré un moine à Sumbawanga qui m’a invité à venir passer quelques jours dans leur monastère à 65 km de là, dans la brousse. Au-delà des routines religieuses et des prières fréquentes, j’y ai passé un très bon moment à relaxer. J’ai aussi eu la chance de visiter une tribu Sukuma non loin de là. Ses habitants m’ont fait boire du lait fermenté et m’ont offert des œufs et un poulet vivant comme cadeaux de bienvenue. J’ai rapporté les deux présents au monastère et nous avons eu un véritable festin le soir même.

Parc national de Katavi

Camp de réfugié(e)s de Nyarugusu

Avant de me rendre au camp, il fallait que je traverse la région la plus aride de la Tanzanie avec ses routes dangereuses, sa terre rouge et sa poussière. Kasulu, la ville la plus près du camp, m’a permis de faire quelques réparations sur ma moto et de me préparer pour ma visite de Nyarugusu.

Voir mon partage sur cette rencontre qui allait boucler la boucle et me faire saisir le sens d’une grande partie de mon aventure.

Début de la fin à Mwanza

Comme ma décision de revenir au Québec avant d’être professeur-directeur pour Stepping Stones était prise, je devais donc vendre ma moto à Mwanza avant de reprendre du retour au Malawi. Après encore beaucoup trop de routes terrifiantes, mais aussi d’éblouissants paysages, j’ai revu un ami que j’avais rencontré sur le bateau Ilala au Malawi deux mois avant, qui m’a aidé à vendre ma moto à Mwanza. Une de ses amies m’a aussi amené faire une petite visite de la ville. Je ne pouvais toutefois pas rester plus longtemps que 3 jours, car j’avais une longue route qui m’attendait pour revenir au Malawi pour prendre mon vol.

Comme les routes directes entre Mwanza et Mbeya sont horribles, on m’a recommandé de prendre le train jusqu’à Dar Es Salam, complètement à l’est du pays, et de revenir vers le Sud-Ouest à l’aide d’un autre train jusqu’à Mbeya (voir ma carte virtuelle). Malheureusement, après 41 heures de train, qui devait en prendre 36 au total, le dernier wagon du train déraille. Nous sommes encore à quatre heures de Dar Es Salam et nous devons attendre les techniciens ferroviaires, ce qui ajoutera un huit heures supplémentaire (si vous faites le total, j’aurais été dans ce train pendant 53 heures). Je choisis donc pour l’option B : prendre un minibus jusqu’à Morogoro et, le lendemain, prendre un bus jusqu’à Mbeya. Là-bas, j’y revois mon bon ami Wilson. Nous avons passé la journée ensemble et j’ai pu revoir son fils Francis.

Ma Tanzanie en chiffre

DatesDeÀDistancesDurées
23 maiMbeyaChimala72 km2h
25 maiChimalaTunduma175 km4h
26 maiTundumaSumbawanga236 km5h
28 maiSumbawangaMonastère de Mvimwa65 km2h
2 juinMonastère de MvimwaMpanda205 km7h
3 juinMpandaCamping sauvage137 km5h
4 juinCamping sauvageKasulu128 km4h
8 juinKasuluMission Keza 175 km
(+30 km car je me suis perdu)
6h
(+1h)
9 juinMission Keza Geita220 km7h
10 juinGeitaMwanza120 km4h
10 joursMoyenne de 156 km/jours1563 km47h

Nkhata Bay | Malawi (Photos et vidéos)

C’est quand tu crois avoir découvert le meilleur endroit sur la planète que tu en déniches un autre mieux encore. C’est le cas de Nkhata Bay au Malawi. Après quatre semaines, j’y laisse ma plus grande fierté : une pièce de théâtre que j’ai montée avec 25 élèves de 4e année du primaire et que nous aurons présenté à plus de 650 étudiants dans 5 écoles locales. Je vous laisse regarder le résultat, ainsi que d’autres clichés de mon séjour.

Nkhata Bay | Malawi

Pièce de théâtre The Hiding Hyena

En trois semaines, j’aurai monté une pièce de théâtre avec 25 élèves de 4e année du primaire. J’ai commencé par adapter le livre « The Hiding Hyena », écrit et dessiné en 2004 par des élèves d’une école primaire ici même au Malawi. Le livre, et la pièce, traite du VIH et du sida. Les élèves et moi avons aussi fabriqué tous les décors, accessoires, costumes et masques.

Tous les jours pendant la dernière semaine, nous avons joué devant un total d’environ 650 étudiants dans 5 écoles locales. Je suis extrêmement fier de la performance de mes vedettes, sachant qu’en plus, ils ont joué dans une langue seconde, l’anglais.

Photos et vidéos de mon séjour


Q & R : Comment faire pour rentrer 1 an et demi de voyage dans un sac à dos de 36 litres? | Les Bloopers (Vidéo)

Ce n’est pas toujours évident de produire une vidéo en Afrique. Ici, en plus de tout ce que nécessite la production vidéo, je dois aussi trouver un endroit tranquille, sans trop de bruit et à l’abri des enfants qui sautent devant les caméras comme si j’étais un producteur d’Hollywood. Voici donc les obstacles rencontrés lors du tournage de mes capsules sur le sac à dos.


Mon cœur bat à Nanthomba | Partie 2 (Photos et vidéos)

Encore une fois, je quitte un endroit incroyable, le cœur gros. Comme dans le cas du Lesotho, j’y laisse une partie de moi. Une partie de mon âme, parce que je ne me suis pas senti chez moi comme ça depuis longtemps, mais aussi une partie de mon savoir, pour y avoir enseigné l’anglais et l’informatique. Ce n’est toutefois rien comparativement à ce que j’aurai reçu en retour.

Moi à Nanthomba, Malawi

Depuis la dernière fois où je vous ai parlé de mon implication, j’ai continué à m’impliquer sur les mêmes projets. J’ai accompagné quotidiennement mes élèves en difficulté et je leur ai organisé diverses activités pour favoriser leur apprentissage de l’anglais. Par exemple, pour briser la glace, j’ai commencé par leur faire fabriquer leur propre étiquette de nom (« name tag »), que je leur faisais colorier et leur faisais inscrire au verso leurs âge, sexe, village et animal préféré. J’ai ensuite organisé une compétition de lecture et d’épellation de mots (évidemment, les enfants formaient leurs équipes selon leur sexe… c’est encore comme ça en Afrique). J’ai ensuite abordé les structures de phrases avec deux activités. Dans la première, ils devaient sélectionner les bons cartons où y étaient inscrits des pronoms, des verbes et des compléments, et y composer des phrases complètes. Dans la deuxième, ils devaient souligner, avec la bonne couleur, chacun des éléments des phrases que je leur donnais. J’ai terminé avec une chasse au trésor dans laquelle j’avais dispersé quelques dictionnaires pour enfant un peu partout dans la bibliothèque. Je leur demandais ensuite de piger une lettre de l’alphabet et de me trouver cinq mots commençant par cette lettre. Pour les plus vieux, j’ai ajouté le défi de m’écrire une phrase avec chacun des mots. Les plus rapides méritaient plus d’autocollants, selon le nombre de lettres qu’ils complétaient.

J’ai aussi continué à enseigner de l’anglais après les heures de cours. J’avais en moyenne 20 enfants par classe, les lundis, mardis et jeudis. Les activités étaient préparées par ma collègue Sarah et je n’avais qu’à donner les cours. Le défi pour moi était surtout de gérer une grande quantité d’élèves, particulièrement les plus jeunes de 4e année du primaire. Beaucoup de professeurs de l’école disciplinent les étudiants à travers les menaces, la peur et, quelques fois, par la violence physique. Les élèves difficiles sont donc souvent conditionnés à ne répondre qu’à de tels comportements face à l’autorité. De mon côté, je refusais d’utiliser ces méthodes datant des années 1950. Le résultat immédiat n’était peut-être pas le même, mais au moins, j’encourageais une relation de respect dans mes classes.

En plus de ces activités quotidiennes, j’ai organisé un après-midi de visionnement d’un film. Ça peut paraitre facile à première vue, mais ce n’est pas si simple lorsque tu dois prévoir la génératrice, acheter l’essence pour la faire fonctionner, trouver la salle à utiliser, installer des rideaux pour bloquer la lumière, installer l’équipement qui était entreposé au fin fond de nulle part, assurer son fonctionnement dont tu es le seul à comprendre, ainsi que gérer une foule de près de 200 élèves. L’activité fut toutefois un succès et les enfants ont adoré le film Wall-E.

J’ai finalement participé à une journée d’éducation et d’activité sur le VIH/Sida avec de jeunes adolescents. Cette journée était chapeautée par l’organisme Peace Corp et une visite du parc national était offerte aux enfants le lendemain.

Semer l’espoir

Avec 40 à 60 élèves par classe, ce n’est pas toujours évident d’offrir un enseignement personnalisé à chacun et chacune (même à 30 élèves, mes ami(e)s enseignant(e)s du Québec comprendront). Les élèves en difficulté que j’avais dans mes classes faisaient donc partie de ces enfants qui nécessitent seulement un peu de temps, d’attention et de distinction. En seulement quelques semaines, ces enfants ont progressé à une vitesse incroyable et la plupart d’entre eux et elles ont vu leurs résultats scolaires améliorés en anglais pour la fin du trimestre. Cela prouve qu’ils ont la capacité s’ils ont les ressources… mais les ressources sont malheureusement en carence en Afrique.

Pour deux de mes élèves, Aida Wilson, 16 ans, et Denis Simon, 12 ans, ce sera plus difficile de progresser que les autres. La première souffre d’épilepsie, ce qui lui cause un retard mental, et le second est probablement autiste. Mon défi pour ces deux trésors était de, tout d’abord, réussir à faire parler Denis en anglais et ensuite de faire lire, épeler et utiliser un mot dans une phrase à Aida. J’étais tellement content lorsque Denis m’a dit son nom et son âge et encore plus heureux le jour où Aida m’a prononcer la phrase « My name is Aida Wilson », après avoir réussi à lire et épeler elle-même le mot « name ». Mais ce qui était encore plus beau, c’était de voir toute la fierté dans les yeux de Denis et d’Aida lorsqu’ils y sont parvenus. Ce fut ma plus belle récompense.

Voici justement quelques clichés de la plupart de mes nouveaux espoirs :

Le cap sur Nkhata Bay

Après des adieux difficiles, Sarah et moi mettons le cap sur Nkhata Bay, à bord de l’Ilala, le célèbre bateau qui emprunte la seule voie navale reliant le sud et le nord du lac Malawi. Nous nous rendons tout d’abord à Monkey Bay, endroit où Hana Montana est la bienvenue et où il y a plus de bateaux échoués que flottants. C’est à partir de ce village que nous embarquons sur l’Ilala et découvrons notre cabine pour la durée du voyage. À quelques reprises, le bateau s’arrête pour débarquer et embarquer autant des passagers, que de la marchandise. C’est dans de tels chaos méthodiques qu’on peut observer toute la beauté et l’excentricité africaine.

Après 28 heures de navigation, l’Ilala nous débarque finalement sur les deux seules îles du lac Malawi, Likoma sur lesquelles nous passons quatre jours, pour ensuite prendre un autre bateau privé pour nous rendre à Nkhata Bay. Sarah continuera ses vacances pour encore une semaine, et moi, je débuterai une nouvelle aventure de bénévolat pour l’organisme local Butterfly Space .


Q & R : Comment faire pour rentrer 1 an et demi de voyage dans un sac à dos de 36 litres? | Partie 2 de 2 (Vidéo)

Je continue à vous donner mes trucs et astuces dans une deuxième vidéo. Ils sont le résultat de mes cinq premiers mois de voyage et, je l’espère, vous aideront faire de meilleurs choix dans votre prochaine aventure.


Q & R : Comment faire pour rentrer 1 an et demi de voyage dans un sac à dos de 36 litres? | Partie 1 de 2 (Vidéo)

Cette question on me l’a posé plusieurs fois. Je vous donne donc mes trucs et astuces qui sont le résultat de mes cinq premiers mois de voyage et qui, je l’espère, vous aideront faire de meilleurs choix dans votre prochaine aventure. Voici donc la première partie.


Mon premier safari | Parc National de Liwonde, Malawi (Photos et vidéos)

Pouvez-vous croire que ça m’a pris plus de 5 mois avant de faire mon premier safari africain? Ce continent est particulièrement reconnu pour l’unicité de ses safaris. Malheureusement, ils sont souvent beaucoup trop dispendieux pour mon petit budget. J’ai toutefois eu la chance d’en faire un gratuitement avec l’organisation pour laquelle je suis bénévole. Voici donc quelques clichés de mon expérience.

Parc National de Liwonde | Malawi

Mon premier safari, en 5 mois de voyage en Afrique

Cette semaine, nous avons reçu la visite de la directrice des bureaux de H.E.L.P. Malawi aux États-Unis, accompagnée de la nouvelle responsable des finances. Qui dit « grande visite » dit « grande activité ». J’ai donc pu profiter d’un safari en voiture et en bateau. Mon premier, en cinq mois de voyage en Afrique, le continent reconnu pour ses incomparables safaris. Malheureusement, ils sont souvent beaucoup trop dispendieux pour mon petit budget.

Voici donc quelques clichés de mon expérience :


Mon cœur bat à Nanthomba | Partie 1 (Photos et vidéos)

Après seulement trois semaines, je suis déjà en amour avec le Malawi. Je suis bénévole pour un organisme incroyable qui collabore à la réussite scolaire dans une école primaire et je visite des endroits majestueux comme Cape Maclear. Le Malawi et ses gens font vraiment battre mon cœur. Je me suis promis que seule l’expiration de mon visa de trois mois m’expulserait de ce pays, et encore.

H.E.L.P. Malawi | Nanthomba, Malawi

H.E.L.P. Malawi (Hope, Educate, Love, Protect), créée en 2002, a comme principale mission de permettre un avenir aux enfants des régions rurales du Malawi et de leur permettre, en développant leur potentiel académique, de devenir les leaders de demain. Dès ses tout débuts l’organisation voulait que ses activités soient rapidement permanentes et transférées à la communauté locale. C’est pourquoi le gouvernement a aujourd’hui l’entière responsabilité de l’école primaire de Nanthomba, classée 3e meilleure école du pays pour les hautes performances académiques de ses élèves. Une grande victoire pour H.E.L.P., mais surtout pour la communauté locale. Aujourd’hui, les principales activités de H.E.L.P. Malawi se limitent à : participer à la continuité de la qualité de l’éducation à l’école, soutenir le développement de l’anglais, de la musique, de l’informatique et de la couture grâce à des cours supplémentaires; accorder des bourses scolaires pour les élèves entrant au secondaire; encourager l’agriculture permanente en soutenant un jardin scolaire; et collaborer de diverses façons avec l’hôpital local.

Une collaboration scolaire à Nanthomba

Parce que je suis arrivé un peu tard dans le trimestre, je ne pourrai malheureusement m’impliquer que six semaines. Si ce n’était pas le cas, j’y serais incontestablement resté plusieurs mois. Cet endroit est extraordinaire et correspond vraiment à ce que je recherche dans mon aventure. Tout d’abord, l’organisation est bien établie et est respectée par la communauté locale. Elle recherche aussi à rester un atout et non une nécessité à Nanthomba en collaborant au lieu de régner.

En ce qui me concerne, je participe tout d’abord au programme d’enseignement de l’anglais offert après les heures de cours. Ce qui est bien, c’est que les élèves se font offrir le diner avant les classes, ce qui leur évite d’avoir l’estomac vide (sachant que leur dernier repas remonte à plus de 6 heures).

J’accompagne ensuite quotidiennement cinq groupes de cinq élèves en difficulté de la 4e, 5e et 6e année et je leur organise des activités pour favoriser leur apprentissage de l’anglais. Je viens tout juste de commencer, ça nécessite énormément de préparation, mais je peux vous promettre que ces élèves vont me faire pleurer au moment de mon départ tellement ils sont attachants.

J’habite littéralement à 30 secondes de l’école, dans une maison pour les bénévoles avec Sarah, la coordonnatrice des stagiaires et la responsable du programme d’enseignement de l’anglais. Une femme super intéressante, qui voyage continuellement et qui, depuis l’âge de 21 ans, n’a jamais habité au même endroit plus de deux années consécutives. J’y reçois donc régulièrement la visite des élèves de l’école et des enfants des villages environnants.

J’ai la chance d’avoir un réfrigérateur (oh merci mon dieu!), une chambre privée, un vélo pour me déplacer et l’eau courante (qui fonctionne seulement 6 heures par jour, et jamais le matin ni le soir).

Un anniversaire à Cape Maclear

Le 24 février, à l’occasion de la fête d’une amie de Sarah, nous nous sommes rendus à Cape Maclear pour 3 jours. Cape Maclear est un endroit aux abords du lac Malawi quelque peu touristique, mais adjacent à un village ce qui conduit à une ambiance unique et des rencontres impromptues. Ce fut une fin de semaine magnifique remplie de plaisir, de soleil, de bonne bouffe, de jeux d’eau avec les enfants, de nuits courtes et de maux de dos (pour des raisons que j’ignore, mon matelas de camping recelait des dizaines de minuscules perforations, me rabattant au sol après seulement 10 minutes).